Occupés ? PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Angie   
Dimanche, 02 Août 2009 15:57

S'il est une chose qui marque tous les internationaux (français inclus) aux Pays-Bas, ce sont bien les toilettes. Tant par la forme particulière de la cuvette que par l'aménagement de la pièce, ils ne laissent pas indifférents. Il n'est pas besoin de préciser de quoi il est question car tous ont été surpris voire choqués d'observer ces différences. La raison pour laquelle cet espace est si original reste mystérieux.

 

 

La différence la plus notable, ou du moins celle qui saute aux yeux, consiste en un design du bol de toilettes inhabituel. Autant les toilettes françaises dites « à la turque » choque les néerlandais sur les aires d'autoroutes (« comment pouvez-vous ne pas vous mouiller les pieds avec de tels toilettes ? »), autant l'opportunité offerte par la cuvette néerlandaise pour observer nos déjections laisse pantois. Certains se laissent tenter par des plaisanteries faciles : « si les néerlandais ne peuvent voir la terre sur l'eau, ils ne sont pas heureux ». Mais cela reste une blague. Ce bol d'observation ne peut pas avoir été mis en place pour simplement corroborer avec les soucis de polder néerlandais.

 

Les recherches internet sur le sujet restent globalement infructueuses. En dehors du site de l'organisation des toilettes néerlandais (qui ne traite pas du tout de ce sujet), il y a peu ou pas d'informations. Il semblerait cependant que le concept soit allemand, bien que peu répandu dans son pays d'origine.

 

You need to a flashplayer enabled browser to view this YouTube video

 

Un des arguments récurrents proposés par les néerlandais concernant ce système ingénieux concerne les éclaboussures. En effet, la plateau au fond du toilette amortit les chocs par une réduction notable de la distance de chute, ajouté à une quantité d'eau moindre. En outre, ce design permet une réduction de la quantité d'eau à utiliser.

 

Néanmoins, cette configuration en plateau induit un accroissement de la probabilité de salissure de la porcelaine. Ainsi donc, en complément d'un brossage essentiel de la cuvette, il est souvent nécessaire d'effectuer deux dégorgements, d'où une économie d'eau finalement diminuée. Une méthode pour éviter de telles tâches a été suggéré à plusieurs reprises. La démarche consiste à placer un dépôt de papier toilette sur le plateau, visant à diminuer la capacité d'accroche du futur dépôt.

 

Au final, le principal désagrément reste la possibilité d'observation qui est offerte. Il peut être utile en cas de maladies de pouvoir observer ses propres matières fécales sans pour autant avoir ce plaisir de manière quotidienne. Considérer ceci comme un avantage ou un inconvénient est laissé à la liberté de chacun.

 

Les toilettes néerlandaises se distinguent également par le soin apporté à la pièce ou elles se situent. Après tout, c'est le seul endroit que tous invités viendront visiter au moins une fois. Le cabinet est donc élégamment décoré, souvent pourvu d'une plante ou du traditionnel vase à 5 tulipes delftois. Le calendrier d'anniversaire y a également une place de choix car comme beaucoup d'étudiants pourront le confirmer, les toilettes restent le meilleur endroit pour retenir des informations récalcitrantes (telles les formules de l'ami Pythagore). Un des derniers attributs récurrents des toilettes aux Pays-Bas est l'almanach, souvent une bande-dessinée connue, des blagues ou un thème donné (tel que le jardinage ou la muflerie masculine).

 


Les particularités néerlandaises ne s'arrêtent pas aux toilettes et sont aussi existantes au registre des pissotières. En dehors du fait qu'elles sont présentes de façon régulières dans les rues des grandes villes, certaines pissotières incongrues sont à remarquer.

 

Il y a d'abord les fameuses pissotières « à mouche » de l'aéroport de Schiphol. Celles-ci ne sont pas une particularité néerlandaise mais sont connues pour être présente là-bas. La pissotière à mouche présente une mouche imprimée dans le fond de la cuvette incitant le mâle à viser correctement. De l'avis des spécialistes, cette méthode a largement montré son efficacité.

 

Dans les énigmes encore irrésolues concernant les pissotières, celle des toilettes des dames de l'université technique de Delft est la plus surprenante. En effet, un des toilettes comporte une rangée de pissotières dans les toilettes des dames. Bien que personne n'ait jamais vu quelqu'un s'en servir, elles sont belles et bien présentes. Elles ressemblent énormément aux pissotières masculines, bien que plus basses et de taille plus conséquente.

 

En 2007 fut également mis en place une pissotière des plus singulières aux alentours de la mairie de Rotterdam. En effet, de l'extérieur, cet édifice ressemblait à un immense miroir où de nombreuses femmes se recoiffaient distraitement tandis que ces messieurs, leur faisant face, vaquaient à leurs besoins.

 

Enfin, la pissotière peut également être un élément d'art comme peut le prouver la pissotière d'Erwin Olaf à Groningen.

 

You need to a flashplayer enabled browser to view this YouTube video

 

 

 

LAST_UPDATED2